Les rivières Pourpres [de JC Grangé] : mon livre préféré !

Bonsoir tout le monde ! Je sais, ça fait plutôt longtemps que je n’ai pas publié ici, depuis ma rentrée à la fac je n’ai plus beaucoup le temps mais je fais de mon mieux c’est promis ! Plein d’articles et de vidéos en préparation 🙂

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un livre que j’ai beaucoup aimé et qui est devenu mon livre préféré : Les rivières Pourpres, de Jean-Christophe Grangé.

Je n’avais jamais lu de livre du style policier avant celui-ci. Dès que je l’ai trouvé sur l’arbre à livre de la fac, le titre me disais vaguement quelque chose alors je l’ai pris. Dès les premières pages, j’ai directement accroché.

10a3a1264940b37f3b3274289e510028

Synopsis :

Un cadavre, horriblement mutilé, suspendu entre ciel et terre dans les montagnes de la région grenobloise.
Une tombe, celle d’un petit garçon, mystérieusement « visitée » pendant la nuit, cependant que les dossiers le concernant disparaissaient de son école.
Deux énigmes, que vont s’attacher à résoudre deux flics hors normes : Pierre Niémans, policier génial, dont les méthodes peu orthodoxes ont compromis la carrière. Et Karim Abdouf, l’ancien délinquant devenu flic, dont la couleur de peau et les dreadlocks suscitent plutôt la défiance dans le trou de province où on l’a nommé….
Les deux affaires vont se rejoindre, et les deux hommes se reconnaître. Ensemble, ils vont remonter vers le terrifiant secret des rivières pourpres. Un secret qui ne nous sera livré qu’aux dernières pages de ce thriller exceptionnel.

Source : https://www.babelio.com/livres/Grange-Les-Rivieres-pourpres/12376 

Pour commencer, j’ai beaucoup aimé les personnages. Ce n’était pas un gentil contre un méchant, chaque personnage a ses défauts, ses qualités et même les héros principaux ont leur côté sombre.

Grace à la quatrième de couverture, on sait qu’à un moment ou un autre, les deux affaires vont se rejoindre. L’histoire commence par l’affaire de Pierre Niémans, puis on fait des aller-retour entre lui et Karim Abdouf, le deuxième policier. Et a chaque changement, j’essayais de trouver les liens qu’il pouvait y avoir entre les deux affaires, et je ne trouvais pas, c’était insupportable ! Mais à la fois assez prenant.

Ce que j’ai également aimé, c’est de suivre l’enquête avec eux, quand on pense être sur la bonne piste, qu’on lit de plus en plus vite pour savoir si c’est bien ça, puis là : échec, retour à zéro. C’est frustrant au début, mais j’ai adoré ça.

Au moment où les affaires se rejoignent enfin, on pense avoir tout compris, mais il reste encore beaucoup de pages et beaucoup de choses se passent… On ne sait vraiment le fin mot de l’histoire dans les dernières pages, et pas avant. L’auteur arrive à nous tenir en haleine tout le long, à nous mener en bateau, nous faire croire certaines choses pour ensuite nous en faire croire d’autres… C’est vraiment incroyable ! Et si tout les romans policier sont comme celui-ci, j’ai hâte de m’y remettre.

Donc pour résumer, c’est un livre que je vous conseille vraiment, et mon livre préféré a partir de maintenant. J’aimerais me mettre au film, mais comme pour Le Diable s’habille en Prada de Lauren Weisberger, j’ai peur d’être dessus (car un film ne peut pas être fidèle à un livre, sinon il durerai des heures), donc peut être qu’on jour j’oserai !

Et vous, l’avez vous déjà lu ? Dites moi en commentaire ce que vous en avez pensé !

Bonne soirée et bonne chance à tout ceux qui, comme moi, sont en pleine période de partiel ! Des bisous ! 🙂

Laurine.

 

La rivière des rêves – Ashley Carrington

Ca fait maintenant un moment que je ne vous avais pas parlé de mes petites lectures ! En ce moment, j’étais entrain de lire le début des livres Harry Potter et je ne trouvais pas spécialement nécessaire de vous en parler, car tout le monde connait très bien cette saga. Du coup je revien avec un livre que j’ai terminé il y a peu et que j’ai beaucoup apprécié : La rivière des rêves, de Ashley Carrington.

la-riviere-des-reves-634459-264-432[1]

Synopsis :

A Boston, peu de temps après la fin de la guerre de Sécession, la famille Davenport mène une existence aisée et Daphné, la fille cadette, vient de faire son entrée dans la bonne société. Tout se passe donc pour le mieux, surtout qu’un très bon parti s’intéresse de près à la jeune femme. Malheureusement pour eux, ils perdent toute leur fortune à la suite d’un mauvais coup à la bourse et s’exilent donc à Bath afin de redémarrer une nouvelle vie. Mais il est bien difficile de vivre pauvrement lorsque l’on a été habitué au luxe. Alors que Daphné, son père et son frère prennent la situation avec philosophie ce n’est absolument pas le cas de sa mère et de sa sœur aînée Heather qui accablent le père de reproches. Malgré les obstacles, Daphné ne se laisse pas abattre et décide de travailler afin de gagner de l’argent et d’acquérir son indépendance, mais ce ne sera pas sans difficultés et sacrifices.

Mon avis :

C’est dans ces librairies de rue où l’on peut se servir et y deposer des livres sur une étagère au bord d’un trottoir que j’ai trouvé celui-ci. Après avoir cherché celui qui m’attirait le plus, j’ai donc choisi La rivière des rêves tout en esperant que ce ne soit pas une romance, un livre à l’eau de rose. Et j’ai été agréablement surprise de découvrir que non.

J’ai beaucoup aimé l’histoire, que ce soit la première partie où la famille était riche et vivait une vie luxueuse, ou que ce soit la seconde où ils avaient sombré dans la misère. Mais forcément, la deuxième partie était plus interressante et il y avait évidement plus de rebondissements.

Un quotidient plein de surprises, de coups durs, de joies et de peines, et tout cela derrière le point de vue de Daphné, notre personnage principal. A un moment de l’histoire, pourtant, c’est sur Heather, sa grande soeur, que l’histoire est centrée et nous avons alors l’impression qu’elle est le personnage principal à son tour durant ces quelques pages. Ce changement de point de vue et au début dérroutant, mais en suite il nous aide à comprendre cette fille et à finalement l’apprecier, ce qui n’est pas forcément le cas au début du roman.

Le père, William, est également un personnage très attachant, ainsi que beaucoup d’autre. Tandis que certain sont tout le contraire.

J’ai eu souvent la boule au ventre, ressenti de la colère contre certain personnages, et même souvent envers Daphné et ses choix, et même presque pleuré (car je suis le genre de personne qui pleure devant les films triste, mais également devant les livres^^)

Bref le genre de livre où plus on avance, plus on a envie d’aller vite pour connaitre la fin. Mais c’est bien là le soucis : la fin. Dejà que je n’apprecie pas les fin en suspent où c’est à nous de deviner la fin ou de nous l’imaginer comme on aimerait que ça ce termine, mais celle ci était beaucoup trop en suspent ! C’est comme si je m’étais arrêté au milieu du livre, je me suis même demandée si il ne manquait pas des pages (malheureusement non). Trop de questions en tête, et deux choix possible pour cette fin : toute deux presque tellement inenvisageable qu’il nous faudrait une fn concrète, et une issue de la part de l’auteur. Si toute fois, madame Carrington, vous lisez cette article, j’ai tellement aimé ce livre mais s’il vous plait.. donnez moi une vrai fin !^^

Si toute fois vous auriez envie vous aussi de vous plongez dans le monde de Daphné, je l’ai trouvéà moins de 10Euros sur Internet.

Vous connaissez ? Laissez moi votre avis en commentaire ! ☺

Bon week-end,

Laurine